Beauté d'un rêve

PARTAGER

Il s'élève des couleurs où jubilent, confuses
Les senteurs d'un chemin, sous les voiles de la muse
Labourant mon cœur, heureux d'un envol qui reluit
D'étoiles déroulant une fraîcheur qui séduit

Au cœur de l'ivresse dont se voile mon délire
Mon cœur, ce soir, s'inspirant de ce qui le déchire
Trouvant en son népenthès aussi doux que la sève
Le parfum assaisonnant l'éphémère d'un rêve,

Orné du saisissement d'un maelstrom intense
Où les mots fleurissent au fil de l'effervescence
Fredonnant, dans l'ondulation de cet émoi,

L'extase contenue dans la lueur d'une joie
D'un rêve dont la beauté caressant d'élégance
Le désir débordant d'en ciseler le silence.

B. Mihoub

N.B : J'ai obtenu, avec ce poème, un prix d'excellence, mention honorable lors de la 9e édition du Prix International de Poésie Léopold Sédar Senghor. 

 


Publié le 12/05/2024 / 14 lectures
Commentaires
Publié le 12/05/2024
Je ne suis pas étonné que vous ayez obtenu Le prestigieux prix Léopold Sédar Senghor, avec ce poème dont la densité poétique éblouit le lecteur. J'y retrouve cette sensation, que j'ai souvent, en m'endormant, d'un monde où ma pensée s'enroule autour de moi, m'habillant d'une peau, dont j'ignorais l'existence. Bravo pour ce beau texte et merci pour le partage. F. Étienne
Publié le 13/05/2024
Merci infiniment pour votre sympathique et agréable retour. Très gentil à vous. Ravi de voir aussi que le poème vous ait plu. Mes amitiés. Boualem.
Publié le 13/05/2024
Je rejoins l'ami Francis Etienne, c'est un magnifique poème proposé et cela ne m'étonne pas du tout qu'il ait été consacré par le prix Léopold Sédar Senghor. Ce poème est envoutant, presque hypnotique, à l'épreuve du temps qui n'a plus aucune prise tant le bien-être est total. A en oublier presque la Népenthès dont je découvre l'existence et qui semble être une plante carnivore. Il y a dans le trop beau le danger qui rode pour l'éternité, pareil aux chants des sirènes... vraiment très réussi, bravo.
Publié le 13/05/2024
Merci infiniment pour votre commentaire tant touchant qu'émouvant. Ravi de voir que le poème vous ait plu. Pour le népenthès, au sens métaphorique, c'est toute substance propre à effacer la tristesse, mais sinon, selon Le Littré c'est un " Remède vanté par Homère contre la tristesse et la mélancolie."
Publié le 22/05/2024
Lire ce poème, c’est comme si on était à l’intérieur d’une bulle.. les sensations font écho en nous mais voilées comme un secret qui reste bien gardé, mais dont la beauté est éclatante.
Publié le 22/05/2024
Merci de tout cœur pour cet agréable retour. Très gentil à vous.
Connectez-vous pour répondre