francis etienne sicard lundquist

Auteur et lecteur

Son profil Ses textes publiés Ses textes favoris Ses livres publiés Ses livres chroniqués Ses abonnements Ses
abonnés
Suivre francis etienne sicard lundquist

Biographie

Biographie : Né à Prades en 1952, Francis Etienne Sicard Lundquist se passionne dès l’adolescence pour la littérature, en particulier pour Marivaux et Marcel Proust. Des études en Lettres classiques le conduisent à Lyon où il complète sa formation d’enseignant. Il n’exercera ce métier que brièvement puisqu’il rejoint Berlin en 1977 pour y résider pendant plusieurs années. Il y écrit son premier texte en prose Le Voyage Bleu. Après plusieurs séjours à Antibes et à Nice, il quitte Berlin pour se mettre au service d’une famille aristocratique allemande avec laquelle il voyage en Europe, en Asie et aux États-Unis. Il en rapporte une importante correspondance, caractéristique de son goût pour l’épistolaire. En 1983, il s’installe à Londres d’où il publie trois recueils de poèmes. Il rencontre des artistes, travaille à la refonte d’un monumental projet d’écriture Nuage de bois sec. Devenu proche d’un éminent exégète d’Oscar Wilde, il se consacre à l’étude de l’esthétisme.
Il rejoint le Languedoc en 1998. Il publie quelques textes dans la presse et répond à des appels à écriture, notamment à ceux de France Musique (Contes du jour et de la nuit de Véronique Sauger). En 2011, il crée un blog d’écriture consacré au sonnet de forme classique : Lettres de soie rouge.  Proche de l’image, il publie sur la toile ses photographies accompagnées par des textes brefs. Aujourd’hui il élargit son champ d’écriture à la nouvelle et se lance un défi : la rédaction d’une partie de ses mémoires.

BIBLIOGRAPHIE

  • Vitraux de songe, poésie (sonnets),  Ipagination Editions, 2015
  • Écritoire Vécue, poèmes, Édition Saint Germain des Prés, 1985
  • Ariane, poèmes, Nouvelles éditions Debresse, 1985
  • Le Voyage Bleu, roman, Nouvelles éditions Debresse, 1986
  • Car je suis l’oiseau magnifiquement guidé, poèmes, Le Méridien Éditeur, 1987
  • D’ailes et de Plumes, nouvelle, ouvrage collectif, Edilivre, 2012
  • Quatre sonnets, revue Népenthès N°6, décembre 2012
  • La ville et ses sanctuaires, poèmes, ouvrage collectif, Édition Épingle à nourrice et France Musique, 2013
  • Le Phénix renaissant de ses cendres, dans Anthologie du sonnet de Richard Vallance, Friesen Press (USA), 2013

POÈMES MIS EN MUSIQUE

Deux sonnets intitulés Deux odalisques : Constantinopolis et Bangkok à l’aube ont été mis en musique sous forme de lied  par le chef d’orchestre et compositeur Olivier Penard dans le cadre d’une commande de l’Académie Francis Poulenc.
Première de la création en août 2021, église de Noisy (Indre et Loire). Enregistrement discographique prévu pour 2022.

AUDIOVISUEL

  • Contes du jour et de la nuit, lectures de Véronique Sauger sur France Musique, de 2008 à 2012

CRITIQUES

Un article écrit par Partryck Froissart, publié sur le site de La Cause Littéraire, 4 septembre 2016
à lire ici

Vitraux de songes, Francis Etienne Sicard Lundquist

Ecrit par Patryck Froissart 30.08.16 dans La Une LivresLes LivresCritiquesPoésieIpagination

 

Vitraux de songes, 2015, 132 pages, 13,60 €

Ecrivain(s): Francis Etienne Sicard Lundquist Edition: Ipagination

Vitraux de songes, Francis Etienne Sicard Lundquist

 

Cent vingt-et-un poèmes.

Cent vingt-et-un sonnets.

Cent vingt-et-un morceaux d’architecture.

 

Francis Sicard fait dans la dentelle (c’est un de ses termes récurrents).

Francis Sicard remet le sonnet à l’honneur.

Francis Sicard cisèle ses sonnets comme un orfèvre.

 

Les cent vingt-et-un sonnets de ce recueil ont tous exactement la même forme, exactement la même composition, exactement le même rythme.

Chaque quatrain est une phrase, unique, finie par un point.

Chaque tercet est une phrase, unique, finie par un point.

 

Poésie monotone ?

Non point !

Poésie métronome ?

Oui-da !

D’ailleurs le titre d’un des sonnets y fait explicitement référence, comme une sorte d’indice métalinguistique : Métronome en maraude

Métronome qui produit une cadence particulière du premier quatrain au dernier tercet du recueil.

Le titre donne donc le dessein de l’auteur, la définition de l’ouvrage : ces cent vingt-et-un sonnets sont composés comme des vitraux précieux.

Combien de jours, combien de nuits a-t-il fallu à Francis Sicard pour forger (un autre de ses mots fétiches) ces ferronneries d’art ?

Le premier mot du titre, vitraux, est en résonance parfaite avec un champ lexical qui traverse le recueil de part en part en un réseau obsédant, celui de l’espace sacré (espace poétique), de la cathédrale (celle, immense et infinie, de la pensée du poète). Ainsi on rencontrera avec une fréquence qui, évidemment, fait sens :

– le champ de l’architecture sacrée : vitrail/vitraux, cloche, clocher, clocheton, minaret, temple, abbatiale, cloître, couvent, parloir, campanile, voûte, pilier, oratoire, autel, nef, marbre, pierre

– le champ des objets et accessoires sacrés : encensoir, missel, chapelet, orgue, santon, bougie, chandelle, cierge, cire, tronc, ciboire, croix, suaire

– le champ des officiants des espaces sacrés : prélat, prêtre, augustin

– le champ des actes sacrés: offrande, hostie, culte

– le champ de diverses références à l’histoire religieuse : castrat, templier, tocsin, médiéval, déesse

– le champ du lexique lié aux espaces religieux : silence, écho, velours, ors

Le deuxième mot du titre, songes, qui vient syntaxiquement en complément du premier, détermine l’état dans lequel est le poète lorsque lui apparaissent les vitraux à forger, au cours de songes, comme des illuminations divines, ou des visions prophétiques.

Parfois l’espace sacré est celui de la nature (réminiscence des Correspondances baudelairiennes ?). Alors les futaies sont les piliers du temple, la voûte est étoilée, les chandelles sont remplacées par destorches. Les vitraux, qu’ils soient d’église ou de frondaison, permettent un jeu incessant de reflets et de couleurs, parmi lesquelles reviennent le rouge, le sang, l’or, ou, par association, la grenade, le miel et les correspondances avec les parfums.

Aux architectures sacrées se substituent régulièrement des constructions qui sont tout autant des lieux clos de grandes dimensions : manoirchâteaupalais, ce dernier bâtiment pouvant être oriental, exotique, avec des eunuques et des babouches

Le minéral est systématiquement présent sous l’apparence de pierres, de cristauxd’émail, de perles, de verre, de faïence. Ces éléments surgissent récuremment, de façon surprenante, dans un champ sémantique d’éclatement, de brisure, avec les substantifs brismorceauéclatécailles, suggérant peut-être (connotations positives) que le poète perçoit dans ses songes les éléments épars qu’il rassemblera pour forger, pour ciseler, ou laissant entendre peut-être (connotations négatives) que l’œuvre est précaire, éphémère, en équilibre instable, destinée à se désagréger, hypothèse renforcée par les verbes déchirerronger, par la résurgence du mot cendre, par la répétition de puits et de trous, par celles, évoquant à la fois délicatesse et fragilité, de dentellespaillebrinsfeuillesconfettis,plumesfuméechâteau de cartes, par l’apparition de funambule dans le titre d’un sonnet présentant le poète, et par le terme le plus itératif de l’ouvrage: la rouille.

Parmi les strophes les plus réussies, citons celle-ci, pour l’évocation de l’acte poétique :

En écrivant le temps sur une peau d’orange

Le poète inconnu verse une larme étrange

Sur un passé perdu dans le flot du soleil.

(Funambule en fumée)

 

Celle-ci, pour un beau jeu d’allitérations :

Des bûches de savon et des bouts de miroir

Brisant les brins de terre et les bruits du feuillage

Brûlent comme du sang que des perles de rage

Ajoutent aux bassins où sombre un tamanoir.

 

Et celle-ci, premier quatrain d’un sonnet en hommage au poète que fut Charles Trenet :

Au bout de chaque rue au balcon de la lune

Sa voix court sous l’écho d’un lointain échanson

Que le vent en riant brode d’une chanson

Pour égayer la mer d’une robe de dune.

 

Cent vingt-et-un vitraux propices aux songes poétiques !

Que dire de plus, sinon que cet ouvrage mérite d’être lu, relu, et siroté comme une infusion bénéfique à l’âme ?

 

Patryck Froissart

 

 

Date d'anniversaire : 04 Juin

Ses textes publiés

Lave de laine

Une harpe de vent colorant la glycine Du marbre d'une cour où piétine un oiseau Pose des plumes d’or sur un très long roseau Balancé par le temps en grande capeline.   Un frémissement lent au pas de cavatine Court d’un soleil nacré sur le fil d…

Douleurs d’ogre

Foule de mots tombés une lourde besace Partage l’univers empesé d’amidon Comme on brise de l’or sur un fier guéridon Dont la marqueterie avale une rosace.   Une papillon gredin surpris dans une impasse Attache le soleil au bout d’un long cordon…

Lambeaux d’âme

En attachant le soir sous un rhododendron Une lune de glace envahit la lagune Où sombre une fumée au pied de la Fortune Arrimée au revers d’un immense chaudron.   Une femme en habit aux reflets de goudron Traverse un damier d’or aux couleurs d’…

Désordre d’un sens

Quand la mer se délie au cœur de la grenaille Des lames d’algue en or comme du miel en pot Epousent dans la soie un prince de tripot Dont la joue en vermeil se couvre de broussaille.   Le regard d’un coquin posé sur la rocaille Inonde la bruyèr…

Ensablement du temps

Du  bruit brouille l’enfer enferrant dans la brume Des torches de chair nue et de l’huile de lin Qu’un échanson charmant et son regard félin Couvent de convoitise avec un bout de plume.   Halé par le soleil un oiseau de l’écume Apporte à bout d…

Parabole du pauvre

Il brûle en chaque cœur une larme de braise Qui roule de nos yeux vers un vieil abreuvoir Autour d’un trait de lune affublé d’un bavoir Que l’on noue au collet comme l’or d’une fraise.   La main creuse une terre à grands coups de cymaise Et sou…

Confession

J’ai souvent froissé l’aube à l’émail de mes dents Repoussé le désir au bord de la souffrance Et brisé mon regard sur mes amis d’enfance Comme on évente un bruit sous des ventaux stridents.   J’ai parfois méprisé le goût de ces fondants Qui mêl…

Christ en croix

  (Devant un tableau de Nicolas Tournier en la Basilique Saint Paul Serge de Narbonne)   La voûte en velours noir sous son plomb de silence Stagne au-dessus de l’aube grelottant de terreur Que le lointain désir d’un puissant empereur Répand com…

Burlesque vie d’un joueur de shofar

  Dans la cendre d’un jour vous trouverez l’horloge Que le soleil jeta sur un tapis de lin Où passe sans un bruit un féroce félin Que suit un homme nu sous le grain de sa toge.   Une voix échappant d’une braise de loge Encercle de son eau les …

Laine de sable

4 La lune hulule seule au cœur de la banquise Poussant de son long nez des nuages de vin Que des larmes en or jettent à un devin Couvert d’un reflet blanc aux armes de marquise.   Des ficelles en soie étreignent dans la bise Des fagots enflamm…

Pan de lune

  La voute du silence au parfum de glycine Coud à son voile en toile une nuit de cristal Où rugit dans le soir à son cri oriental Les filaments d’argent d’une longue racine.   Des dunes en papier courent dans l’officine Où déjà cuit le temps s…

Baraquement d’un prince

Un éclair en bois blanc cloué sur un manège Ouvre le temps caché par un bout de destin Que le vent vaniteux pousse vers un festin Donné devant un lac enrubanné de neige.   Le parfum capiteux d’un soudain sortilège Crépite dans le soir au regard…

Piastres d’or et silence

Une bulle de peur à l’éclat de cristal Danse au-dessus de l’eau comme un débris de larme Que la brise rosée à sa sueur désarme D’un soupir de bonheur tout en bois de santal.   Un murmure lointain rampant d’un récital Flotte sur les bateaux d’un…

Orée d’émoi

Dans le temple du temps où se creuse une ride Un silence de neige enfouit le matin Sous un dais de soleil au parfum libertin Qu’une vague de sel brûle à son air torride.   Les jours brodés de sang à la saveur fétide Consument les instants d’un …

Chemin de roy

A pas de loup feutrés le miel d’une cascade   Coule comme du ciel sur le sang d’un torrent Qu’un clocher a gravé tout au bord d’un cadran Sous le poignet de plomb d’un scribe sépharade.   Les longues nuits de fer d’une lente décade Vident le…

Orgues d’organdi

Il coule au bout des mots un repli de soutane Que le vent de la mer cueille dans son filet Et qu’un voile en papier cache sous son volet Comme un coffre en cristal le trésor d’un arcane.   D’étrange ragondins au cœur d’une chicane Se disputent …

Vertu de l’or

Impérialement les gardiennes du temple Transpercent de leurs becs la peau de l’horizon Et regardent au loin couver un franc tison Sur la dune d’un vent couverte d’un jour ample.   Une rose de sang que le matin contemple Rougit de sa beauté et s…

Bouche de vent

Comme un fruit d’or huché sur sa tige de cendre La fleur et son velours de dentelle et de vent Tissent la toile bleue au-dessus d'un levant Qui croque dans la nuit une pomme si tendre.   Des confettis de souffre en grain de coriandre Tachent l…

Light in the Wind", Oilpainting, Mellanström

La gaze de papier d’un ciel couleur crayon Flotte dans un brouillard au-dessus de la lande Comme un fil de lumière dansant la sarabande Qui aurait fondu l’or sous un large bâillon.   Le bruit cendré des pas d’un jeune amphitryon Enroulant son r…

Dreaming lake

Il pend au bout du soir des gouttes de grenade Dont le vermeil éclat coule d’un jour éteint Qui passe du sommeil au rire cabotin D’un nuage de vent barbouillé d’une arcade.   Des silences de sucre et des bruits de parade Traversent en bateau so…

Tendresse du silence

  Emprisonné de sel le filet tend sa maille Aux rayons d’un soleil dont le mince regard Traverse encore un peu le drap d’un étendard Tendu entre la mer et son corps de ferraille.   Des reflets de satin sous une peau d’écaille Frissonnent faibl…

Tricherie de vandales

Le souffle du démon passant tout près de l’âme Enflamme à sa chaleur le bois d’un mirador Qui traverse la nuit et tire sans remord Sous le regard confus d’un jouisseur infâme.   Des nattes de silex découpent de leur lame Les entrailles du temps…

Graines d‘enluminures

Une ombre au coeur du jour habillé d’un turban Se glisse entre les plis d’une rage lointaine Fleurissant de la mer comme un ogre en mitaine Que le soleil d’hiver aurait ceint d’un ruban.   Des astres en vitrail dessinés sur un banc Glissent co…

Nappes de vent

Comme un voile de soie enlacé d’un mirage La nuit pose ses doigts sur ton visage nu Qu’un souffle de la mer longtemps a suspendu Aux nimbes d’un instant où se niche l’orage.   Puis ton corps allongé sur l’or d’un coquillage S’est couvert de par…

Rouleaux de moire

En attachant la nuit aux branches de l’ivoire Une étoile de sel chasse vers l’horizon La lumière d’un jour sans aucune raison Comme un chien échappé d’une paisible foire.   Les âmes des défunts errant au purgatoire Tissent des bouts de sang tir…

Salve d’ardoise

  Froissé par le soleil la peau de la douleur Se fripe comme une aube attachée à la lune Dont les ridules d’or fondent avec la dune Que des cristaux de temps tapissent de chaleur.   L’orge d’un jour taché d’une griffe de fleur Murit comme un …

Vaine jachère

  Ce sont deux vagues d’or qui glissent dans la brume Et la fine dentelle accrochée au rempart D’un soir qui s’éternise sur un bout de brocart Enluminant le temps d’un parfum d’amertume.   Une main de satin comme un brasier d’enclume Trace sur…

Tentaculaire espoir

Pierre à pierre le temps et sa lague râpeuse Rongent les sentiments et usent le tissu Des âmes en dentelle et d’un regard moussu Dont le parfum de pluie entache une ombre d’yeuse.   La chair d’un soleil d’or sous sa robe soyeuse Colore de sa p…

Pagaille de paillètes

Il flotte dans le vent un drapeau de manège Que le sang bleu du temps a taché de couleur Comme si la lune avait eu le grand malheur De recouvrir sa peau d’une poudre de neige.   Des frissons de plaisir proches d’un jeu d’arpège Bouillonnent en…

Alvéoles d’ambre

Au sein de la lumière et de son noir charbon Des flutes de soleil et des voiles de sable Rougissent l’horizon d’une mer où le diable Plonge son couteau d’ambre au cœur d’un vagabond.   Les cordes d’un bateau tirent le moribond Vers l’infini dés…

Pyramide d’insectes

Dans un désert de sable où danse la banquise Un rapace affamé couvre de son vol lent Les dunes en ivoire et leurs secret relent D’un brouillard de ciel pur à la douceur exquise.   Des vaisseaux en dérive dont la perte est acquise Sombrent au fo…

Frise de mots

Tout est renoncement à la loi du mensonge Tout précède la mort et tout s’éteint enfin Devant l’ordre dernier du dernier séraphin Dont l’ombre de velours défile au cours d’un songe.   La montagne enchaînée à des pierres d’éponge S’effondre dans …

Rouge piment

Le reflet glacé d’or d’une lèvre tendue Vers un soleil de nacre où grouille un bruit de vent Gerce de sa beauté la chair d’un vieux sultan Accablé de stupre et de luxure éperdue.   Des sofas de couleur dès l’aube confondue Aux ruissellements pu…

Tiare de soie

Sur un plateau d’argent coloré de poison Danse un souffle de fer dans l’eau d’un long silence Où se gravent des mots d’une pure insolence Dont le vent de la nuit cache la trahison.   D’une lèvre enchâssée aux murs de la prison S’échappe un lour…

Outre de sang

Le bruit de la lumière et ses cordons d’albâtre Froissent de leurs couleurs le silence endormi Sur un lit de sanglots que le temps asservit Aux griffes de la nuit qui ronronne dans l’âtre.   Des rubans de velours sertis d’un fil rougeâtre Flott…

Hora d’un long silence

Le diable et sa charrue accoutré d’un mensonge Arpente l’univers dans ses bottes de lin Et jouant de la peur sous son masque félin Sème son sang maudit sur des cœurs en éponge.   Les flammes de la mort recouvrent de leur songe Les esprits atta…

Frissonnement de nacre

Plus tard quand tu viendras déposer de la cendre Sur mes mots en papier et sur tous mes démons Je t’offrirai de l’or le long de mes sermons Pour ouvrir ton visage à mon sourire tendre.   Tu chercheras la nuit, ses orgues en palissandre, La dun…

Miroir d’un cœur d’or

  Posé sur le soleil une feuille de mangue Eprise d’un ciel d’encre ouvre son âme en sang Au baiser d’un automne à peine susurrant Le plaisir de la nuit sur le bout de sa langue.   Une feuille d’or pur et son éclat exsangue Couvrent les fronda…

Opulence des mots

Comme un vitrail de ciel où fleurit de la rouille La ville s’assoupit sous le dernier rayon D’un soleil d’email pur qu’un morceau de crayon Colore de parfums à ses doigts de gargouille.   Une brise légère alertement vadrouille Le long de quais …

Chapeau-claque

  Les mots écrits la nuit sur leurs pattes de mouche Avancent pas à pas vers un jour en néon Dont parfois le silence et son accordéon Portent le fruit des chairs jusqu’au bord de la bouche.   Des claquements de dents et des jeux de babouche Ré…

Rouge à la gorge

Le poivre d’un regard habillé de charbon Roule sur la peau brune et creuse dans sa course La chair des hommes nus qui plongent dans la source De rêves inconnus chassant le vagabond.   Des mains de velours noir d’un geste furibond Arrachent du …

Laminoir à paroles

La cendre d’un long soir saupoudre une verveine D’un parfum de tilleul et d’une ombre d’étain Qu’une averse en passant sur un grain de plantain Lave d’un suc d’argent échappé de sa veine.   Une femme à genoux au cœur d’une neuvaine Pensive et e…

Carthage

A Léo, avec toute ma gratitude, Quand rougit le soleil sous une peau de nacre Les arbres de la nuit surgissent des forêts Pour boire la fraîcheur des tous premiers secrets Du jour qui lentement s’avance vers son sacre.   Une mèche de ciel…

Fantômes d'astres

Des bulles de cristal éclatant de la nue Massent leur corps de sable aux portes des miroirs Où glissent goutte à goutte un froufrou de tiroirs Qu’une bouche estourbit d’une lèvre ingénue.   Des carrosses royaux le long de l’avenue Passent comme…

Pierre et silence

Le long d’un précipice où danse la lumière Passent des masques d’or et des rides de vent Qui soulèvent la nuit et bercent un couvent Du parfum capiteux d’une rose trémière   La paille de l’étable et la triste chaumière De leur pointe de feu tou…

Aux basses rives du Styx

  Sous un immense parapluie à la toile fusée, un homme, vêtu d’un long manteau noir, marche allégrement dans une rue sombre de la ville, rabougrie par une pluie soutenue, grise et froide.  Les rares passants…

Barbarie de l'ivoire

Dans la mousse d’un sable éventé du matin Des vagues de silence à la frange d’écume Forgent un rayon d’or sur la peau d’une enclume Qui résonne et se tord sous le poids du destin.   Une étincelle embrase à son éclair d’étain Le radeau de la me…

Frange de Vermillon

En frappant le soleil d’une lance de jade De son croc à poison la nuit perce le temps Et brode à son manteau les feuilles d’un printemps Qui tombent du ciel bleu dans un bruit de cascade.   Des blocs de marbre blanc irisés d’orangeade Suspenden…

Ses textes favoris


Lambeaux d’âme

En attachant le soir sous un rhododendron Une lune de glace envahit la lagune Où sombre une fumée au pied de la Fortune Arrimée au revers d’un immense chaudron.   Une femme en habit aux reflets de goudron Traverse un damier d’or aux couleurs d’…

Désordre d’un sens

Quand la mer se délie au cœur de la grenaille Des lames d’algue en or comme du miel en pot Epousent dans la soie un prince de tripot Dont la joue en vermeil se couvre de broussaille.   Le regard d’un coquin posé sur la rocaille Inonde la bruyèr…

Parabole du pauvre

Il brûle en chaque cœur une larme de braise Qui roule de nos yeux vers un vieil abreuvoir Autour d’un trait de lune affublé d’un bavoir Que l’on noue au collet comme l’or d’une fraise.   La main creuse une terre à grands coups de cymaise Et sou…

Confession

J’ai souvent froissé l’aube à l’émail de mes dents Repoussé le désir au bord de la souffrance Et brisé mon regard sur mes amis d’enfance Comme on évente un bruit sous des ventaux stridents.   J’ai parfois méprisé le goût de ces fondants Qui mêl…

Christ en croix

  (Devant un tableau de Nicolas Tournier en la Basilique Saint Paul Serge de Narbonne)   La voûte en velours noir sous son plomb de silence Stagne au-dessus de l’aube grelottant de terreur Que le lointain désir d’un puissant empereur Répand com…

Pan de lune

  La voute du silence au parfum de glycine Coud à son voile en toile une nuit de cristal Où rugit dans le soir à son cri oriental Les filaments d’argent d’une longue racine.   Des dunes en papier courent dans l’officine Où déjà cuit le temps s…

Baraquement d’un prince

Un éclair en bois blanc cloué sur un manège Ouvre le temps caché par un bout de destin Que le vent vaniteux pousse vers un festin Donné devant un lac enrubanné de neige.   Le parfum capiteux d’un soudain sortilège Crépite dans le soir au regard…

Chemin de roy

A pas de loup feutrés le miel d’une cascade   Coule comme du ciel sur le sang d’un torrent Qu’un clocher a gravé tout au bord d’un cadran Sous le poignet de plomb d’un scribe sépharade.   Les longues nuits de fer d’une lente décade Vident le…

Vertu de l’or

Impérialement les gardiennes du temple Transpercent de leurs becs la peau de l’horizon Et regardent au loin couver un franc tison Sur la dune d’un vent couverte d’un jour ample.   Une rose de sang que le matin contemple Rougit de sa beauté et s…

Bouche de vent

Comme un fruit d’or huché sur sa tige de cendre La fleur et son velours de dentelle et de vent Tissent la toile bleue au-dessus d'un levant Qui croque dans la nuit une pomme si tendre.   Des confettis de souffre en grain de coriandre Tachent l…

Light in the Wind", Oilpainting, Mellanström

La gaze de papier d’un ciel couleur crayon Flotte dans un brouillard au-dessus de la lande Comme un fil de lumière dansant la sarabande Qui aurait fondu l’or sous un large bâillon.   Le bruit cendré des pas d’un jeune amphitryon Enroulant son r…

Dreaming lake

Il pend au bout du soir des gouttes de grenade Dont le vermeil éclat coule d’un jour éteint Qui passe du sommeil au rire cabotin D’un nuage de vent barbouillé d’une arcade.   Des silences de sucre et des bruits de parade Traversent en bateau so…

Tendresse du silence

  Emprisonné de sel le filet tend sa maille Aux rayons d’un soleil dont le mince regard Traverse encore un peu le drap d’un étendard Tendu entre la mer et son corps de ferraille.   Des reflets de satin sous une peau d’écaille Frissonnent faibl…

Tricherie de vandales

Le souffle du démon passant tout près de l’âme Enflamme à sa chaleur le bois d’un mirador Qui traverse la nuit et tire sans remord Sous le regard confus d’un jouisseur infâme.   Des nattes de silex découpent de leur lame Les entrailles du temps…

Nappes de vent

Comme un voile de soie enlacé d’un mirage La nuit pose ses doigts sur ton visage nu Qu’un souffle de la mer longtemps a suspendu Aux nimbes d’un instant où se niche l’orage.   Puis ton corps allongé sur l’or d’un coquillage S’est couvert de par…

Tentaculaire espoir

Pierre à pierre le temps et sa lague râpeuse Rongent les sentiments et usent le tissu Des âmes en dentelle et d’un regard moussu Dont le parfum de pluie entache une ombre d’yeuse.   La chair d’un soleil d’or sous sa robe soyeuse Colore de sa p…

Pagaille de paillètes

Il flotte dans le vent un drapeau de manège Que le sang bleu du temps a taché de couleur Comme si la lune avait eu le grand malheur De recouvrir sa peau d’une poudre de neige.   Des frissons de plaisir proches d’un jeu d’arpège Bouillonnent en…

Tiare de soie

Sur un plateau d’argent coloré de poison Danse un souffle de fer dans l’eau d’un long silence Où se gravent des mots d’une pure insolence Dont le vent de la nuit cache la trahison.   D’une lèvre enchâssée aux murs de la prison S’échappe un lour…

Chapeau-claque

  Les mots écrits la nuit sur leurs pattes de mouche Avancent pas à pas vers un jour en néon Dont parfois le silence et son accordéon Portent le fruit des chairs jusqu’au bord de la bouche.   Des claquements de dents et des jeux de babouche Ré…

Fantômes d'astres

Des bulles de cristal éclatant de la nue Massent leur corps de sable aux portes des miroirs Où glissent goutte à goutte un froufrou de tiroirs Qu’une bouche estourbit d’une lèvre ingénue.   Des carrosses royaux le long de l’avenue Passent comme…

Aux basses rives du Styx

  Sous un immense parapluie à la toile fusée, un homme, vêtu d’un long manteau noir, marche allégrement dans une rue sombre de la ville, rabougrie par une pluie soutenue, grise et froide.  Les rares passants…

Pierre et silence

Le long d’un précipice où danse la lumière Passent des masques d’or et des rides de vent Qui soulèvent la nuit et bercent un couvent Du parfum capiteux d’une rose trémière   La paille de l’étable et la triste chaumière De leur pointe de feu tou…

Barbarie de l'ivoire

Dans la mousse d’un sable éventé du matin Des vagues de silence à la frange d’écume Forgent un rayon d’or sur la peau d’une enclume Qui résonne et se tord sous le poids du destin.   Une étincelle embrase à son éclair d’étain Le radeau de la me…

Songes et mensonges

Aux cendres du sommeil se mêle un peu d’ivresse Qu’une flaque de vent mouille de son jasmin Comme un souffle de mot sur l’or d’un parchemin Ebruite du soleil dans la main qui caresse.   Le temps d’un long soupir que le plaisir transgresse   S…

Frange de Vermillon

En frappant le soleil d’une lance de jade De son croc à poison la nuit perce le temps Et brode à son manteau les feuilles d’un printemps Qui tombent du ciel bleu dans un bruit de cascade.   Des blocs de marbre blanc irisés d’orangeade Suspenden…

Ses livres publiés

Ses livres chroniqués