Vous êtes sur la plateforme d’écriture. Pour accéder à la boutique cliquez ici Aller sur la boutique
PARTAGER
Ce texte participe à l'activité : Nouvelles résolutions

 



On approche du jour 



où chaque année l’espèce d’oiseaux bavards traverse la nuit



 gosier plein 



Le génie du développement personnel - Quantum de La Carpe - est pensif



Former ses djinns à la mélodie n'est pas simple - ils sont parfois farfelus, imprévisibles… 



Mais l’homme - coco à cervelle de poche - lui est capable de tout ! Un vrai cauchemar :



 n’entend rien au chant ! 



Malgré la protection inconditionnelle des génies des siècles derniers : aucune parole tenue !



Tous les ans ce peuple rebelle frotte des bouteilles hurle ses vœux à l’envi et très vite 



 roucoule - faux ! -  ses prétextes 



Aussi Quantum avait-il dû intervenir auprès de ses troupes : les booster rapide 



 pour un 1er janvier 





 



 



Ethan - festoyeur au réveil raide a en ce matin du premier de l’an



le bec sec comme du bois.  Pas né d' la dernière pluie il s'enfile des girafes 



et des girafes d’eau et quelques … comprimés avec ça. S’extirpe du nid le minois distillé



et quiritte pour le coup … fort peu : galère en vue



Bazar monstre alentour matière grise au ralenti. Il squeeze la mauvaise graine et cuve 



“j’aurais dû manger plus / boire de l’eau / éviter les mélanges”. Et pis 



“J’aurais pas dû / plus jamais ça.” On connaît la chanson



Quand vient l’heure des cadavres 



et des bouteilles vides



 



Bien mal lui prit



sur l’instant



d’un



nouveau



lever de coude



“pour le sort conjurer”





 



 



Un Jack Daniels traînant par là



un coup d’aile frottée



pour une



lichette



encor’



eh baaaaam ! 



 



Quantum sort de là



enflammé courroucé exaspéré



“Mes aïeux ! Jus de cornichon soupe de tripes 



et tisane ! Stop au whisky ! Stop à la bière ! Stop au champagne ! Tu soignes 



le mal  par le bien c’est louable ! Tu résistes par le mal  c’est sinistre fatal le désaaastre !” 



Ahuri du génie des 70cl extirpé Ethan crie : “Mais quelle cuite !” 



Tourne de l’oeil renversé par la bouffée d’air et croit l’aventure le mauvais tour dus aux relents



d’une haleine trop chargée - à la migraine l’indigestion à la goutte -  qui déborde de la coupe



Il a en réalité une chance inouïe - le meilleur des meilleurs djinns pour lui ! 



 





 



 Méthode simple pour chanter clair 



d’après Quantum - génie du  bien-être : moai lagom cosagach hygge 



 chaque oiseau du monde - gorge déployée 



a sa recette. Il coche sa liste pour mieux grandir des mantras des défis des exercices 



Il s’hydrate des partitions chaque jour modérément - passionnément. Juste un pas puis deux



 vers la connaissance de soi 



Le bonheur c’est les pauses les petits plaisirs les réconforts c’est fredonner ensemble - tranquille



La vie simple c’est le plus court chemin c’est l’expérience chorale des compagnons de vol



Un goût un son un toucher. L’émotion - elle peut s’écrire elle se vit surtout -



 exprime la vie en des milliers de musique !  



 



 



“Le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps” 



Léopold Sédar Senghor


Publié le 04/01/2022 / 15 lectures
Commentaires
Publié le 05/01/2022
Quelle belle surprise, une ronde de mots narquois qui rebondissent bien, très bien même. Il y a le rythme, la sonorité, ça claque comme il faut dans les vapeurs d’alcools. Et au-dessus vole un oiseau qui ne connaît que la musique aux accords harmonieux, et en toute fin on a l’immense Léopold qui fait faire silence par tant de justesse. J’aime cette musique à trois temps qui se conclut en un soupir frustré de ne pas pouvoir se resservir encore vers pour mieux noyer son spleen dans la poésie. Merci, encore, très chère Allegoria.
Publié le 06/01/2022
L'avantage avec l'iPagination : l'ivresse sans gueule de bois :)
Publié le 06/01/2022
Encore un texte réalisé avec maestria ma chère Allegoria. Au croisement entre Frédéric D et Louis Ferdinand C, tu t'appropries les mots, les rythmes, l'imagerie. Il y a du burlesque dans ce texte ce qui est vraiment très sympa. L'angle utilisé est comme le viseur d'un fusil qui tire ses mots aussi rapidement qu'un fusil. Quel talent ! Encore bravo.
Publié le 06/01/2022
Un sourire bien banane : San A, Céline. Des lectures lycéennes. 30 ans plus tard, toujours cette gamine-là ;)
Connectez-vous pour répondre