Extrait de "les démons" le dragon de Komodo

PARTAGER
Catherine et moi, nous étions assis l'un à côté de l'autre au cours de géographie. Catherine était le prototype de la garce, une perfection dans son genre. Mais détrompez-vous, être installé à ses côtés était un réel plaisir. C'est à tort que le terme "garce" est connoté de manière péjorative car la garce n'est pas dangereuse. Elle affirme ce qu'elle est à travers tout son être. Elle est là pour rigoler, pour déconner, pour prendre du bon temps et si vous avez la chance de compter parmi ses victimes, vous partagerez tout ça avec elle pour un moment que vous saurez éphémère, c'est balisé, c'est clair, c'est évident. La garce ne vous prend pas en traître, elle est frontale. Bien sûr, lorsque dans un grand rire, elle vous dit que c'est la fin de la partie, ça fait un peu mal mais pas trop. Ce n'est pas tragique. On s'y attendait. On ne l'espérait pas si tôt mais ce n'est pas bien grave, pas plus qu'une demi journée sans cigarette. Alors que la jeune fille sage, celle qui arrive à l'école en soquettes, qui a 17 de moyenne et rentre par la première porte du préau, elle, elle est dangereuse.. Elle va vous harponner sans que vous vous en rendiez compte et puis, doucement, très doucement, elle vous ramènera dans ses filets. Là vous serez mûr pour qu'elle vous dise que vous êtes le plus beau, le plus grand et le plus fort. Au début, vous n'y croirez qu'à moitié mais à force de persuasion, elle finira par vous convaincre et vous serez sûr d'être le superman qu'elle vous a fait croire que vous êtiez. Ce sera le moment pour elle de vous donner le coup de grâce et vous dise "Je t'aime, Patrice".

 

Vous connaissez la méthode de chasse du dragon de Komodo ? Camouflé, il attend et lorsqu'un buffle par exemple, passe à ses côtés, il lui mord la cheville. L'animal ne comprend pas, il se dit qu'il est con ce lézard de lui avoir fait cette petite morsure ridicule et il continue son chemin. Mais la salive du saurien est un bouillon de culture bactériel et la plaie s'infecte. Quelques jours plus tard, le buffle s'effondre et le reptile, qui le suivait à la trace, le rejoint et le bouffe. La salive du dragon de Komodo, c'est comme les mots d'amour, c'est un piège à cons. Il ne faut jamais se laisser dire "je t'aime" parce que si s'est vrai, c'est inutile et si c'est faux, c'est criminel et ça devrait être passible de peines d'emprisonnement.

 

Finalement, un beau jour, le démon de Komodo ou la fille sage de la première porte, c'est pareil, vous dira "Patrice, je ne t'aime plus" ou pire, elle ne vous dira rien mais, par sa tiédeur, elle vous fera comprendre qu'elle souhaite passer à autre chose ou pire encore, son amie vous dira, en barrant la porte de son kot à Mons, "Maintenant, il faut laisser Martine tranquille, Patrice, tu comprends ?" Et vous vous retrouverez tout con, à vous demander pourquoi le type le plus beau, le plus grand et le plus fort, qu'elle aimait, se retrouve tout seul. Mais en fait non, vous ne vous poserez même pas la question, complètement obnubilé que vous serez par l'espoir de la reconquérir. Toutefois, derrière, en bas à gauche, dans votre petite cervelle au ralenti, une chignole percera lentement un trou pour y enfouir l'interrogation "Pourquoi a-t-elle largué le type le plus beau, le plus grand et le plus fort qu'elle aimait ?"

 

*Les appartements pour les étudiants qui ont terminé leurs secondaires en Belgique ou leur lycée en France sont appelés "kots" en Belgique.


Publié le 02/01/2023
Commentaires
Publié le 04/01/2023
J'ai été très gêné par l'usage du mot garce ainsi que sa définition, peut-être parce que désormais tout ce qui s'apparente à de la "classification de la femme" est jugé comme sexiste... va savoir, en tout cas ma gêne est bien réelle. Et de l'autre côté j'ai énormément aimé ce passage "La salive du dragon de Komodo, c'est comme les mots d'amour, c'est un piège à cons. Il ne faut jamais se laisser dire "je t'aime" parce que si s'est vrai, c'est inutile et si c'est faux, c'est criminel et ça devrait être passible de peines d'emprisonnement." mais aussi celui-ci "Toutefois, derrière, en bas à gauche, dans votre petite cervelle au ralenti, une chignole percera lentement un trou pour y enfouir l'interrogation "Pourquoi a-t-elle largué le type le plus beau, le plus grand et le plus fort qu'elle aimait ?", les images sont fortes et la métaphore animalière particulièrement percutante. A plus tard Patrice.
Publié le 05/01/2023
Je comprends la gêne mais comme la garce a personnellement validé le texte, je ne m’inquiète pas. A vite !
Publié le 05/01/2023
Je crois comprendre ton trouble. Je vais voir dans quelle mesure je peux y remédier sans trahir l'idée. ;-)
Connectez-vous pour répondre