Vous êtes sur la plateforme d’écriture. Pour accéder à la boutique cliquez ici Aller sur la boutique

L'Absence (extrait - Sur les Rebords du Monde)

PARTAGER

 



 



Je n’imaginais pas un seul instant la laisser partir.                                                                                                          Mais les cœurs abîmés ne chantent plus, ils soupirent. Et le sien suffoquait.



Sarah n’était déjà plus que l’ombre de son âme.



Le dernier jour, elle demanda à retourner à la mer.



Chacun de ses pas s'enfonçait dans le sable froid. Les grains trop légers subissaient le caprice du vent, qui les mêlait à ses larmes. Elle fermait les yeux. Elle ne tremblait plus.                                                                                        A genoux, elle passa une dernière fois sa main au-dessus de la vague échouée, comme l’on caresse délicatement le front de l’enfant qui s’endort.



Elle s’arrêta encore un instant sur l’abandon de l’océan sur le rivage, la catharsis de la lumière et la danse des presque morts. Elle murmura alors quelques secrets aux coquillages qui seuls racontent l’avoir entendue pleurer.



Puis Sarah se releva, face à l’Ouest.



Elle sentit alors monter en elle toute la puissance du Feu de l’Univers qui implose, et des Voix d’Opéra en pleurs. Toute la force du Ciel et de la Terre.                                                                                                                                 Celle des ouragans. Celle des geysers. Celle des rafales du dernier jour d’une guerre perdue.                     C’était la force de la délivrance. C’était celle de la désolation.                                                                                 C’était celle de la dernière violence. Avant la paix.



Elle hurla.



Seul l’Océan, dans un ressac, lui répondit.                                                                                                                                   



Et dans l’apesanteur irréelle, mourante et déjà immortelle, elle n’eut plus jamais froid.



Avec elle, je perdis ma quintessence.



Je m’évanouissais, happé par des nuits sans fin, avec sans doute le risible espoir de l’y rencontrer. Tout ce qu'il me restait était le rêve, cette artificielle et incohérente évasion au cœur de ce pays qui n’existe pas. Je me battais contre ma vie.                                                                                                                                                                  Je voulais simplement que tout s’arrête: l'amertume, l'angoisse, la tristesse. Et le monde.



Vis, chante, aime, et oublie-moi m’avait-elle écrit. Je ne serai pas la culpabilité qui faussement protège d’un nouvel amour déçu. Je ne serai pas la date tristement célèbre que l’on pleure en secret. Oublie-moi. Je ne serai pas la mémoire de notre futur gâché et de nos rires perdus. Oublie-moi, mais garde l’émotion sublime de ces jours heureux. Alors, je resterai ainsi l’esquisse de ton Amour en rébellion. Et en toi, je survivrai.



Mais je ne la croyais pas. Car rien n’est plus fragile que les promesses, elles survivent rarement aux vents de la vie et se perdent d’autant plus facilement dans les turpitudes de la mort.



Cet abandon me draina jusqu’aux confins de mes abîmes intérieurs, là où seul résonne le hurlement de la douleur vide.                                                                                                                                                                                      Mais arrivés au bord de ce gouffre psychique, les uns se penchent, d’autres sautent, alors que certains se retournent et se mettent à crier.



L’instinct de survie est le sentiment le plus pénétrant que l’Homme puisse éprouver. Il est la dernière boussole des vies ravagées. Il est la conséquence salvatrice de la terreur qui nous ramène, en dernière instance, dans les jupes de la vie.



C’est ce qui m’a sauvé.                                                                                                                                                                   Mon ultime révolte remontait ainsi lentement les escaliers de ma déchéance.                                                          Je m’attachais à croire de nouveau à ma salvation au seuil de l’Enfer. 



C’est à ce moment-là que je devenais intolérant au temps qui passe. Lui qui abîme, tranche, coupe, blesse, détruit. Je compris, pourtant, que notre seule chance était de l’apprivoiser. Non pas afin qu’il devienne notre ami, non. Mais seulement pour que ses coups portés nous paraissent de temps en temps moins rudes.



Je décidai également de porter un autre regard sur le geste de Sarah. Je préférais désormais y voir du courage plutôt qu’une inconscience ou une lâcheté. La quête d’un bonheur plutôt que l’abandon d’une lutte. L’espoir du meilleur et non une simple échappatoire aux souffrances.                                                                             Car c’est sans doute la seule perception qui rende la perte un peu moins insupportable à l’esprit de ceux qui restent. Eux, qui sont les victimes collatérales de la fuite. Les laissés pour compte de l’inéquitable équation - car l’on ajoute rien à ceux à qui l’on se retire - sinon le poids injuste d’une culpabilité couplée du revers de l’absence.                                                                                                                                                                                                   Et ce sont eux qui ne cesseront jamais de se heurter à ce qui aurait pu être dit ou être fait, alors qu’il ne soulage en rien de tenter de sauver, en imaginaire, celui qui n’est plus que fantôme.



 



 


Publié le 09/04/2022 / 73 lectures
Commentaires
Publié le 09/04/2022
Bonjour et merci Sam pour ce nouveau texte que j'attendais avec impatience. Les images sont fortes comme à l'accoutumée, mais elles sont plus intenses encore puisqu'elles sont incarnées par ce couple en pleine débâcle sentimentale. Cet arrache-coeur qu'est une séparation est un thème universel que chacun avec du temps de vie a forcément vécu à un moment ou à un autre. Et dans pareille situation les mots viennent souvent à manquer pour exprimer l'intensité de la douleur vécue, la descente aux enfers et la pénible remontée qui s'ensuit. C'est donc un luxe que de pouvoir compter sur tes mots. j'ai beaucoup aimé aussi l'idée d'apprivoiser le temps, et de comprendre au final que tout est une question de point de vue, que la souffrance est ancrée à la façon dont on regarde les choses, et qu'elle s'estompe et disparait de fait de la façon dont on prend du recul et de comment l'on porte un nouveau regard sur les évènements. C'est un texte intense et sage à la fois, c'est un texte vivant par dessus-tout. Merci beaucoup.
Publié le 09/04/2022
Comme toujours, un retour très touchant de ta part, qui m'encourage plus que tu ne pourrais l'imaginer..Merci infiniment pour ta présence et tes lectures attentives:)
Publié le 09/04/2022
Ton texte m'a beaucoup émue Sam, je l'ai relu deux fois et la même émotion à chaque fois. Cependant Leo je n'en n'ai pas du tout la même lecture que toi: mou j'y vois une mort choisie par l'une et la difficulté à survivre ainsi que le sentiment (injustifié bien sûr) de celle/ celui qui reste, d'où la présence de la lettre qui incite à la vie... Le temps qu'on apprend à apprivoiser à défaut de pouvoir tuer avant qu'il ne le fasse et pour apprendre à essayer de moins souffrir....ce pays qui n'existe pas... Je ne sais pas, moi c'est cette histoire là que je comprends Pardon Sam si toutefois ma lecture deforme tes mots J'ai même, je l'avoue, hésité à poster ce commentaire... En tout cas texte très touchant qui aborde si j'ai compris correctement un thème difficile avec beaucoup d'émotion
Publié le 09/04/2022
Je suis heureuse de pouvoir lire ta perception ! Tu as parfaitement compris:) En vérité, vous avez tous les deux raisons: suite à la débâcle de son mariage et à l'accumulation d'épreuves qui lui semble désormais impossible à surmonter, Sarah choisi la radicalité dans sa fuite..Merci pour ton commentaire !
Publié le 09/04/2022
Dans ce cas bravo, vraiment, pour la façon dont tu as abordé ce sujet :)
Publié le 09/04/2022
D'une certaine façon, ton texte me touche personnellement, mais d'une certaine façon, ton texte touche chacun personnellement par son thème, sans doute, mais en particulier parce qu'il laisse de l'espace pour le lecteur qui dès lors peut y trouver beaucoup de choses. Je comprends le malentendu exprimé à travers les commentaires de Léo et de Vickie. Je me suis également posé la question durant ma lecture. En outre, le tragique ici est singulier car il est possible, chacun en pensera ce qu'il veut ou ce qu'il peut, que la suicidée ait prévenu son compagnon avant l'acte. Là encore, Sam, tu nous permets, non, tu nous incites à imaginer. Plus j'écris, plus je trouve que le plus important dans l'écrit est ce qu'on n'écrit pas. C'est ce que tu as très bien fait ici, en crescendo, sans aller jusqu'au forte. Heureusement ! ;-)
Publié le 17/04/2022
Je suis tout à fait d'accord avec toi Patrice, merci d'être monté à bord de la barque de l'imagination avec moi:)
Publié le 10/04/2022
Ou, l’instinct de survie - “la dernière boussole des vies ravagées”. De nouveau, beaucoup de beauté dans tes mots, Sam. Des mots rendus plus denses encore avec la présence des deux personnages. Un texte poignant. Et qui fait écho. Merci :)
Connectez-vous pour répondre