Vous êtes sur la plateforme d’écriture. Pour accéder à la boutique cliquez ici Aller sur la boutique

Le printemps n'arrête hélas pas la guerre !

PARTAGER

Quatre hymnes à la nature



 



Le blé les bleuets



et Oh ce rouge ce rouge



coquelicotant



 



Mousse d'écorce



mousse de bois mousse d'air



Le chêne liège



Printemps pas le temps



vite fleurir gazouiller



et se reproduire



Vaporeux nuage



va pauvre nue libérer



le bleu du ciel



 



Cinq hymnes à ceux qui meurent encore chaque jour pour défendre la liberté et la démocratie !   Note : il existe un site entièrement dédié aux haiku sur le thème de la guerre



Trop de froid… d'effroi



Puis quelques signes de croix



Dans la nuit… les tombes



Au bout de la boue :



la boue la tranchée le bruit.



L'abri… refuge. Chut !



Sang de liberté



Il n'a pas perdu la vie



Ils la lui ont volée



Sans bruit... le silence



L'âme s'envole enfin



Naguère la guerre



Il ne sourit plus



Seul cri… une larme… sèche



Don de vie... Héros



 



Une question à nous tous



Le prix de ta vie



Sais-tu a qui tu le dois



Penses-y Penses-y Penses


Publié le 11/04/2023 / 91 lectures
Commentaires
Publié le 12/04/2023
et en plus, je sais que ton écriture très précise ne te place pas dans un fauteuil pour t'essayer à la performance. Je me demande si le dernier poème est correct car je ne crois pas qu'on doive jamais un prix. A vérifier. Quelqu'un défendrait la liberté et la démocratie ? J'en doute. On défend sa peau, ses intérêts, sa famille. On suit les ordres, on suit le mouvement. Mais qui donc défendrait la démocratie ? Qui donc sait encore ce qu'elle est. L'avez-vous vue par ici ? Pas moi. Mon préféré, c'est "Vaporeux nuage va pauvre nue libérer le bleu du ciel" parce qu'il est surprenant et que j'aime son rythme. Finalement, c'est une réussite car ton travail fait réfléchir. ;-)
Publié le 13/04/2023
Heureusement qu'il y a encore des gens capables de risquer leur vie pour des valeurs supérieures et humanistes, ils m'émeuvent profondément. Ce sont eux qui me laissent encore une petite lumière de foi en l'espèce humaine, car tous les autres me désespèrent et m'invitent toujours plus à fuir leurs futilités du quotidien ! N'ayant jamais pu devenir de ceux qui suivent les ordres et le mouvement depuis ma pré adolescence, ce monde m'étouffe et m'insupporte. Ce n'est pas un hasard s'il y a 4 haikus pour la nature et 5 pour la guerre (ou la terreur), et une question finale, cela colle parfaitement à ce qui m'habite (nous habite dans mon couple) chaque jour de ma (notre) vie. À propos du dernier, tel que tu le définis, tu as parfaitement raison : on ne doit jamais un prix. Mais ça n'est pas dans le sens d'un prix qui serait dû, mais de savoir à qui l'on doit la fixation de ce prix. J'aurais ainsi pu mettre le mot "valeur". Qui fixe la valeur d'une vie ? En justice, dans un pays en "paix" comme les nôtres, les "indemnités" sont différentes selon le statut et la notoriété de la personne, ce que je trouve épouvantable, puisqu'il y a de toute évidence la négation totale du "prix" de LA vie, d'une vie humaine quelle qu'elle soit. Alors, pas étonnant qu'il y ait une telle indifférence chez beaucoup de personnes de la mort, même la plus sale et abjecte, des petites gens, des sous-races, et des soldats de boucherie ! Cette question de hante depuis longtemps, hélas ! Mille merci, Louis
Publié le 13/04/2023
Intenses haïkus qui célèbrent la vie et la beauté puis meurtrit par la mort et son horreur. Ces deux aspects intensifient mutuellement l’impact de l’autre, c’est puissant. Et puis techniquement c’est précis avec des sonorités particulièrement bien travaillées (mention spéciale à coquelicotant que,j’ai fait rouler,sur la langue encore et encore) mais aussi de la texture et des éléments pour bâtir cette très belle (et dure) composition. Merci Jean-Luc .
Publié le 14/04/2023
Merci Léo. Initialement à un haïku de nature je faisais répondre un haïku de "guerre". Mais à bien y réfléchir, ce n'est pas ainsi dans ma tête. Quand je pense aux horreurs du monde, la coupe soudain est si pleine qu'il me faut une bouffée de nature, et une fois ce bol de vie absorbé, je peux à nouveau affronter lesdites horreurs... et me questionner, encore et encore. Alors j'ai décidé de présenter ces petits textes ainsi, par "paquets" ! Sinon, dans ma tête, il y a longtemps que les coquelicots coquelicotent, que les coqs cocoricottent pour que les cocottes fricotent :-)
Connectez-vous pour répondre